Rapport de LIBSENSE atelier de référentiel I

Par Kathleen Shearer, Omo Oaiya et Iryna Koutchma

Les 19 et 20 novembre 2018, un atelier sur les référentiels s’est tenu à Zanzibar, en Tanzanie. L’atelier a été organisé conjointement par le Réseau d’Education et de Recherche de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (WACREN), EIFL et la Confederation of Open Access Repositories (COAR) en conjonction avec la conférence UbuntuNet Alliance  dans le cadre de l’initiative LIBSENSE.

Le but de la réunion était de commencer à créer une communauté de pratiques pour les référentiels sur le continent africain et de définir un programme de collaboration pour les bibliothèques et les réseaux de recherche et d’éducation (REN) en Afrique liés aux référentiels et aux services à valeur ajoutée.

Il s’agit de la première d’une série de réunions visant à élaborer une stratégie plus cohérente pour renforcer et mettre en place des réseaux de référentiels en Afrique. L’atelier de deux jours a réuni une bibliothèque et des réseaux de recherche et d’éducation nationaux et régionaux de pays africains pour explorer les moyens de mieux utiliser les référentiels nationaux et institutionnels avec les services NREN afin de briser les silos institutionnels, créer de la valeur pour les référentiels et soutenir la croissance de la science ouverte dans la région. Une deuxième réunion de la communauté de l’Afrique de l’Ouest et du Centre se tiendra à Accra, au Ghana, les 11 et 12 mars 2019, parallèlement à la conférence WACREN. Cette conférence sera suivie à Alexandrie, en Égypte, du 27 au 29 avril 2019, par une troisième réunion destinée à la communauté nord-africaine du réseau de recherche et d’éducation des États arabes (ASREN)

Les référentiels constituent le fondement de la science ouverte dans la mesure où ils gèrent et permettent l’accès à des résultats de recherche tels que des articles, des données, des thèses et des mémoires, ainsi que d’autres produits de recherche de valeur. Ensemble, nos organisations encouragent un système de science ouverte fondé sur la communauté et reconnaissant les conditions et les priorités distinctes en matière de recherche dans différents pays, régions et disciplines. À cette fin, nous reconnaissons l’importance de développer des services locaux et régionaux interopérables sur le plan international, tout en pouvant également répondre à ces divers besoins.

Des représentants de 17 pays d’Afrique ont assisté à la réunion. Les participants ont partagé des informations sur les activités dans le domaine des référentiels dans leurs différents pays, discuté de la manière dont différentes institutions abordent les problèmes liés à la gestion de référentiel et soutiennent la visibilité accrue du contenu en libre accès en Afrique. Il a été largement admis que l’adoption et la mise en œuvre de politiques institutionnelles en matière de libre accès peuvent grandement contribuer à l’alimentation du référentiel. Néanmoins, même avec des politiques, de nouvelles mesures incitant les chercheurs à contribuer à ce que leurs propres contenus et, idéalement, les services de référentiel soient beaucoup plus intégrés dans leur flux de travail.

Les résultats préliminaires de l’enquête panafricaine LIBSENSE ont été présentés à l’atelier. L’enquête a examiné les compétences et l’expertise existantes des bibliothécaires dans les domaines du libre accès, de la science ouverte et des référentiels en Afrique orientale et australe. Le manque d’expertise technique, le manque de personnel et un engagement organisationnel inégal envers les services de référentiel ont été identifiés comme des domaines de préoccupation particulière pour les répondants à l’enquête. De nouvelles itérations de l’enquête dans les régions WACREN et ASREN précéderont les réunions prévues pour assurer une compréhension globale des défis auxquels les bibliothécaires sont confrontés dans chaque région NREN africaine.

Les participants ont discuté de la tendance de la science ouverte et de son impact éventuel sur plus d’une décennie d’efforts déployés en Afrique pour promouvoir le libre accès aux articles de revues et à d’autres contenus textuels. Il a été estimé qu’il est important de veiller à ce que les activités visant à offrir un libre accès aux publications et à la littérature grise ne soient pas affaiblies par la tendance plus récente et très visible vers la science ouverte. D’autre part, la communauté des référentiels devrait également tirer parti de l’intérêt pour la science ouverte et profiter de l’élan pour développer le rôle institutionnel en matière de soutien à la gestion et à l’accès aux données de recherche.

L’interopérabilité est essentielle pour que les ressources entre les référentiels ne soient pas cloisonnées et les participants à l’atelier ont passé en revue les principaux domaines d’interopérabilité, qui incluent des éléments de métadonnées communs, des vocabulaires et l’utilisation d’identificateurs persistants. L’adoption plus répandue des exigences d’interopérabilité permettra de développer d’autres services à valeur ajoutée tels que des tableaux de bord de disciplines, de bailleurs de fonds et d’institutions qui permettent de visualiser le contenu lié à un domaine de recherche spécifique, à une université, à un bailleur de fonds pour la recherche.

Augmenter la visibilité des connaissances autochtones est également une préoccupation majeure. Bien que la recherche soit de plus en plus internationale, les priorités de recherche locale sont extrêmement importantes. Le système actuel, qui incite les chercheurs à publier dans des revues internationales, ne soutient pas bien ces préoccupations locales, mais favorise plutôt les recherches présentant un intérêt pour les régions d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord. En outre, rendre le contenu et les technologies disponibles dans les langues africaines garantira que le public africain pourra s’impliquer, utiliser les interfaces de référentiel et bénéficier des résultats de la recherche qui lui sont utiles.

Les réseaux de recherche et d’enseignement en Afrique fournissent une connectivité aux communautés universitaires et développent également des services dits « au-dessus du réseau » tels que services d’accès réseau sécurisés et services de fédération d’identités (par exemple, eduroam et eduGAIN). En Afrique, les réseaux de recherche et d’éducation sont intéressés à jouer un rôle pour soutenir la science ouverte et apporter une valeur ajoutée aux référentiels africains. La vision des  référentiels de nouvelle génération et plusieurs exemples de réseaux régionaux situés ailleurs ont permis de lancer le débat sur le rôle des services de réseau pour les REN en Afrique. Des présentations ont été faites sur OpenAIRE en Europe, JAIRO, le service de référentiel cloud japonais, et LA Referencia, le réseau latino-américain regroupant 9 nœuds nationaux. Les services réseau actuels incluent l’hébergement de référentiels dans le cloud, l’agrégation et la découverte, la conformité aux règles de surveillance et l’analyse de la recherche. La vision de la nouvelle génération de référentiels propose d’élargir et d’améliorer les services existants afin d’inclure les réseaux sociaux, les évaluations par les pairs, les statistiques d’utilisation commune et les fonctionnalités de préservation.

En tenant compte de ces contextes, les participants aux ateliers ont identifié un certain nombre de domaines dans lesquels les bibliothèques et les REN peuvent collaborer pour améliorer et renforcer les référentiels dans la région. Une collaboration efficace suppose que les deux communautés (bibliothèques et REN) « parlent le même langage ». Il a été reconnu que nous devons avoir plus de dialogue afin de développer une compréhension commune des objectifs et des activités.

Les activités de collaboration suggérées entraient dans quatre catégories :

  1. Promotion

    o Travailler ensemble pour sensibiliser les administrateurs universitaires et les gouvernements à la science ouverte et aux avantages potentiels.
    o Promouvoir le rôle des référentiels dans le soutien du libre accès et de la science ouverte

  2. Soutien technique

    o Développer des solutions collaboratives de stockage et de conservation à long terme pour le contenu des référentiels
    o Définir un rôle pour les REN dans l’hébergement de référentiels.
    o Améliorer les flux de travail et l’automatisation des référentiels

  3. Renforcement des capacités

    o Collaborer à des activités de formation pour les gestionnaires de référentiels.
    o Définir et diffuser des normes et meilleures pratiques pour les référentiels.
    o Collaborer pour améliorer dans les institutions le soutien technique en matière de gestion des référentiels

  4. Services à valeur ajoutée

    o Développer des solutions pour la mise en réseau des référentiels en Afrique
    o Définir le rôle des REN dans la collecte de métadonnées et le développement de services à valeur ajoutée

Afin de commencer à lancer les activités de collaboration identifiées, les participants ont convenu des prochaines étapes suivantes :

Décembre 2018

  • Mettre en place une liste de diffusion pour faciliter la communication avec le groupe - WACREN
  • Développer les termes de référence pour la collaboration bibliothèque-REN en Afrique - le sous-groupe

    Termes de référence comprendra:
    • Recommandations sur la formalisation des relations entre bibliothèques et réseaux de recherche et d’enseignement
    • Définition des mécanismes les plus appropriés pour nouer un dialogue avec la communauté internationale (par exemple via COAR)

Janvier 2019

  • Préparer des accords types d’échange de données, en y incluant des recommandations pour les lignes directrices sur les métadonnées en Afrique - sous-groupe

Février 2019

  • Organiser un webinaire des participants pour faire avancer les sujets spécifiques identifiés dans les termes de référence - sous-groupe
  • Organiser un webinaire avec les NREN - WACREN mars 2019
  • Organiser le deuxième atelier de référentiel LIBSENSE pour la collaboration NREN-bibliothèque en Afrique de l’Ouest - WACREN

Le programme complet et les présentations de l’atelier sont disponibles sur le site web.

Si vous souhaitez participer à ces activités, veuillez contacter les responsables du programme LIBSENSE par courrier électronique à libsense@ren.africa